Le socialisme: la solidarité des territoires et la proximité.

Posté par paulbesombes le 26 mars 2008

Les campagnes cantonales et municipales ont révélé qu’il est plus facile de conquérir à gauche des territoires urbains que ruraux. Deux facteurs concourent à cette réalité.

  • La proximité dans les villes des habitants facilite le militantisme
  • L’éloignement et l’isolement de l’habitat dans les zones rurales rend difficile l’accès au concitoyen (distribution des tracts et porte à porte).

 La conséquence directe est une différence dans l’accès à l’information, qu’elle concerne le citoyen ou le militant socialiste, voir l’élu.

Quoiqu’il en soit les zones rurales, parfois dépeuplées, ont besoin des élus socialistes parce que la précarité y est plus rude. Le clientélisme de la droite y est plus préjudiciable. La solidarité et la justice sociale sont des nécessités plus fortes parce que l’isolement a des effets qui nuisent durablement à la vie en commun. C’est particulièrement vrai pour les déplacements, le traitement des personnes dépendantes à domicile, l’accès à l’éducation (école, collège, lycée), pour ne citer que cela.

Il faut investir les territoires ruraux même si la tâche est plus difficile. C’est à mon sens l’enjeu qui permettra en France de changer la donne : Faire passer notre pays d’une politique de droite dévastatrice pour ceux qui ont le moins à une politique de gauche solidaire.

Le militantisme doit être présent partout. Mon expérience m’a permis de comprendre comment procédait la droite, à couvert ou à découvert, pour garder le pouvoir dans un canton rural. Etre né ici est un argument majeur, il est le gage d’une notabilité qui attache plus d’importance à l’enracinement qu’à l’adaptation aux évolutions de la société.  La notabilité y reste importante parce que les républicains du progrès, homme de gauche, sont moins présents. 

La solution consiste à se faire connaître en allant à la rencontre des habitants. C’est ce que font le maire et les conseillers municipaux quand ils sont élus. C’est ce que doit engager le parti socialiste en accompagnant en permanence et en mobilisant ses militants dans les zones rurales. Il y a à cela un double enjeu la reconquête des territoires et l’équilibre des territoires. Pour mener à bien cette ambition, il faut que les militants deviennent des relais d’information terrains pour ceux qui ont à gérer les solidarités locales. Ils doivent notamment être les portes parole de ceux qui vivent là où ils habitent.

Le maire est le premier acteur des solidarités locales. Le conseiller général le porte parole des hommes et des territoires, le conseiller régional, le stratège. Tous ensembles, ils doivent garantir l’équilibre des territoires par souci de solidarité et de justice sociale. Tout cela mérite des relais à tous les niveaux pour informer des effets produits sur le quotidien de tous les habitants du territoire. Enfin, est-il nécessaire de préciser que la fiscalité sert à gérer la solidarité des hommes et des territoires. Il faut se donner les moyens de mesurer les effets produit en permanence. Contrairement à ce que pensent les technocrates, c’est dans la proximité que cette mission est réalisable.

La République du progrès a besoin de relais de proximité pour comprendre et agir pour le bien commun.

J’en appelle à une organisation politique qui promeut un militantisme actif, un maillage du territoire juste et efficace. Trouvons ensemble des solutions pour un socialisme conquérant.

Publié dans Enjeux politiques | Pas de Commentaire »

Le reste à vivre plutôt que le pouvoir d’achat

Posté par paulbesombes le 26 mars 2008

Le pouvoir d’achat est la capacité d’achat en termes de biens et services d’un revenu donné après avoir déduit tous ce qui est du. Tout cela se calcule sur la base de données statistiques qui ne reflètent pas ce qui vivent les français ( la part du loyer est plus proche de 30% que de 11% pour les moins riches, le revenu consacré à l’alimentation constitue l’essentiel des dépenses, tous les français ne mangent pas au restaurants et les dépenses en carburants sont de plus en plus difficile à assurer d’autant plus qu’elles sont incompressibles pour l’accès au travail).

La notion est abstraite. Seul les initiés en maîtrise le sens. Par contre chacun de nous le vit de manière différente dans son quotidien. Tout dépend  de la capacité que nous  avons à faire des choix de consommation. Ainsi l’étendu de nos dépenses contraintes en modifient sa perception.

Partir des dépenses contraintes des ménages donne une dimension humaine à cette indicateur. Il faut prendre en compte les dépenses incompressibles à la subsistance de chacun. S’agit-il du seuil de pauvreté qui est actuellement en France fixé à 681€ pour une personne  et à 1500€ environ pour un couple avec deux enfants (Observatoire des inégalités) ou d’un autre indicateur plus pertinent ? 

Pour vivre dans notre société de la connaissance, il faut avoir un logement, un travail, une formation initiale, de la formation permanente, une bonne santé et des moyens pour se déplacer. Tout cela a un coût et ne pas avoir les moyens de le financer dans sa totalité entraîne une exclusion au moins partielle. Il s’agit du coût du vivre ensemble, du coût pour vivre ensemble. Notons au passage qu’il varie en fonction du territoire que l’on habite.

A l’évidence, avant de parler de pouvoir d’achat, le législateur devrait évaluer le coût moyen de ces dépenses incompressibles en prenant en compte les particularismes locaux (prix du m² à la location et coût d’accès au logements, prix de l’essence, coût d’accès au travail, à l’éducation et à la formation, coût de la mobilité).

Le pouvoir d’achat comme donnée statistique ne semble pas actuellement l’indicateurs le plus pertinent. Il ne prend pas en compte le risque de l’exclusion.  La mondialisation s’accompagne actuellement du principe social et politique de « l’inclusion exclusion » alors même que les pensée politique française se cristallise sur celui de l’intégration et de la différenciation. Un nouveau mode de pensée doit naître.

A mon sens, il s’agit de lui substituer à la notion de pouvoir d’achat celle de  « reste à vivre ». Il devra se calculer comme la part de revenu qui reste à chacun une fois déduites tout les charges induites par l’exercice libre de sa citoyenneté. Le cumul de ces charges constituent le coût économique du vivre ensemble. Celui ci  correspondra à la moyenne pondérée  des coûts individuels du vivre ensembles qui  incluent donc tous les coûts locaux induits pour le libre accès de chacun au logement, à l’éducation, au travail et à la formation, à la santé et à la mobilité. Cette manière de calculer incitera à agir dans le sens de l’équilibre des territoire. Il pourra se décliner au niveau local, régional ou national.

Un reste à vivre à zéro sans épargne indique le point d’équilibre. Un reste à vivre négatif sans épargne indique l’exclusion au moins partielle. La hauteur du reste à vivre positif après épargne indique la capacité du citoyen à participer à l’évolution économique de la cité. Au moins les choses sont claires… Les choix politiques et économiques à faire aussi.

C’est donc le reste à vivre qui devrait alimenter les débats sur le pouvoir d’achat, à l’argument économique nous pourrions ajouter un argument social. Nos orientations économiques détermineraient alors notre volonté de faire vivre ensemble sans exclusion tous les habitants du territoire.

A méditer !!!

Publié dans Economie | Pas de Commentaire »

Campagne Cantonale: Communiqué de presse « La Manche libre »

Posté par paulbesombes le 20 mars 2008

Texte répondant aux questions posées par monsieur Binet: Elu, j’ai deux missions : la gestion commune pour le calvados et la représentation des habitants du canton. J’ai le devoir d’apporter des solutions. Je veux sortir le canton de Saint-Sever de l’isolement au nom de la solidarité des territoires et permettre à chacun de vivre correctement là où il habite. Il suffit de demander où il se situe pour comprendre. Au Conseil Général, la majorité actuelle dans ces choix l’a oublié ; je veux changer la donne.

Socialiste, je suis profondément solidaire. Je privilégie le bien commun et la justice sociale à l’intérêt particulier.  J’ai du recul. Je travaille au Conseil Régional, c’est un avantage. Je n’entre pas dans les querelles de chapelles. Je sais que l’enjeu pour notre canton et ses communes est de favoriser l’installation durable de nouveaux habitants en incitant le développement social et économique local. Ma jeunesse et volonté politique sont les atouts qui manquent actuellement au canton.

Au titre du développement local, du transport, et de l’économie solidaire, j’ouvrirai mon action d’élu par une réunion publique de travail sur les trois dossiers suivants :

Ø      promouvoir notre canton en favorisant une activité économique et sociale autour de notre patrimoine vert.

Ø      faire du taxi social et du développement des transports un enjeu. Chacun doit pouvoir accéder à des moyens de transport de proximité et se rendre facilement vers tous les lieux de vie. Les bus de petites tailles sont plus adaptés à nos routes et à l’usage des utilisateurs.

Ø      soutenir la création et le développement d’activités sociales et solidaires et notamment fédérer tous les acteurs de la vie locale à la création d’un réseau autour de la filière bois-énergie qui fera de notre patrimoine paysager une ressource de moyen et d’activité.

Publié dans Election Cantonale Saint-Sever | Pas de Commentaire »

Mars 2008: Candidat Elections Cantonales Saint-Sever-Calvados.

Posté par paulbesombes le 20 mars 2008

Je me suis présenté comme candidat socialiste soutenu par le PRG aux élections cantonales du 9 et 16 mars sur le canton de Saint-Sever du Calvados. Cette expérience riche m’a conduit à me retirer avec un score de 15,4% d’une triangulaire au deuxième tour. Ma décision a permis l’élimination du candidat sortant, cela devait affaiblir la majorité départementale conduite par Madame d’Ornano. Dans les faits, l’opportunisme du candidat Rondel présenté  »sans étiquette » l’a renforcé puisqu’un fois élu il annonçait son ralliement à cette majorité.

J’ai été désigné par le Parti Socialiste le 7 janvier 2008 pour représenter la gauche sur ce territoire dérigé traditionnellement par la droite. L’élection en 2001 avait consacré Remy Anfray après avoir écarté d’une triangulaire Monsieur Restout figure emblématique de la droite locale. Le candidat PRG de l’époque, maire de Champ du Boult, qui  succédait au docteur Yves Ledran  avait obtenu un score de 46,5 au second tour. 

C’est avec son accord que je me suis engagé dans cette aventure. Elle fut riche et me permis de me rendre compte que le maillage territorial devient un enjeu pour le parti socialiste.

La particularité de ma candidature est celle du « Parachutage » pour reprendre le bon mot de la presse locale qu’elle soit écrite ou radiophonique. « Une élection cantonale est une élection locale », c’était le message pour les électeurs. Dans un canton rural, c’est un argument majeur. « Ne pas être né ici » est apparu  comme un frein majeur à ma crédibilité.

Au moment de ma candidature, seul Rémy Anfray candidat sortant, membre de la majorité départementale, maire de Landelles et Coupigny et président de l’INTER COM Séverine s’était déclaré. Son manque de disponibilité, voir son absence le fragilisait. J’organisais donc ma première conférence de presse après avoir travaillé sur le terrain et rencontré des interlocuteurs locaux. J’étais en mesure de faire une proposition pour le canton de Saint-Sever; je portais mes valeurs de solidarité et de justice sociale sur cette terre de mission pour le socialiste que je suis.

Le candidat Rondel est apparu la semaine suivant la déclaration à la presse de ma Candidature. Sans projet pour le canton, il fonde la sienne sur sa naissance dans le canton et son siège d’adjoint du Maire au Gast. Il se dit de droite mais ne s’oppose pas à la gauche. Ni de gauche, ni franchement de droite, il est juste du canton. Il promet d’être un élu de proximité mais travaille comme IEN dans la Manche. Sa candidature soutenue par Mme Restout en fin de campagne est celle d’un opposant au représentant de la majorité départementale Remy Anfray (il rejoint dès son élection l’équipe de madame d’Ornano).

 Ainsi s’ouvre la campagne….

Le canton de Saint-Sever est confronté à un enclavement par volonté politique. Les politiques locales ne vont pas dans le sens de l’ouverture, plus par clientélisme que pour servir l’intérêt général. La politique départementale n’envisage pas de résoudre ce problème. Il y a pourtant de l’intelligence et une volonté de changer les choses mais elles n’ont pas aujourd’hui de porte-parole audible. Avec mon élection je devais devenir le porte-parole de ces habitants que l’on n’écoute pas et que l’on ne connaît au niveau départemental.

Ainsi sortir de l’isolement devait conduire ma campagne pour permettre aux habitants du canton de Saint-Sever de vivre agréablement là où il habite. Après de multiple rencontre j’ai donc construit un projet local.

Ma campagne avait donc deux axes:

  • Révéler les effets du désengagement de l’ETAT sur les conditions de vie quotidienne des habitants du Canton.

  • Trouver des solutions pour sortir le canton et ses habitants de l’isolement et pour que chacun puisse continuer à vivre agréablement là où il habite.

Je vous invite à consulter mes documents de campagne pour vous faire une idée….

Conférence de presse de lancement de campagne

Ma réponse à l’AVPPS

Document de Campagne

Ma lettre aux élus locaux (18 communes)

Ma profession de foi

Mon retrait

Publié dans Election Cantonale Saint-Sever | Pas de Commentaire »

COMMUNIQUE DE PRESSE pour annoncer mon retrait de la Triangulaire

Posté par paulbesombes le 12 mars 2008

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Je remercie tous ceux et toutes celles qui m’ont accordé leur confiance pour le premier tour des élections cantonales le 9 mars 2008.

Ma candidature était celle d’un homme honnête, travailleur, soucieux des habitants du canton de Saint-Sever. J’étais et je reste le porte parole de ceux que l’on n’écoute pas. Je suis venu vers les habitants du canton sans me contenter d’attendre leur vote.

Socialiste, je suis un Républicain de gauche qui pense que le bien commun vient de la solidarité et de la justice sociale.

Je voulais agir pour notre canton et faire de la richesse de son patrimoine l’outil pour trouver une solution à l’isolement qui l’accable actuellement.

A l’issue de ce premier tour, je suis arrivé en troisième position.

Cette place ne me permet pas d’espérer être élu au second tour.

Cependant, mes ambitions pour le canton et ma volonté de lui offrir un projet à la hauteur de ses attentes demeurent.

Je reste convaincue que Remy Anfray n’a pas été à la hauteur et qu’il ne le sera pas plus avec un mandat supplémentaire. Ses méthodes ne sont pas les bonnes.

Maintenant, il s’agit pour tous les habitants du canton de Saint-Sever de décider pour l’avenir de leur canton.

Remy Anfray, appartient à la majorité Départementale de Madame d’Ornano et n’apportera aucune réponse à la hauteur des besoins du canton.

J’appelle tous celles et ceux qui m’ont fait confiance au premier tour à ne pas laisser gagner le candidat de la droite départementale.

Le canton de Saint-Sever avec la richesse de son territoire mérite un autre souffle.

 

Paul BESOMBES

Candidat sur le Canton de Saint-Sever

Publié dans Election Cantonale Saint-Sever | Pas de Commentaire »

Election canton de Saint-Sever: Ma profession de foi

Posté par paulbesombes le 6 mars 2008

Madame, Mademoiselle, Monsieur

L’élection du conseiller général est importante. Vous serez amenés à vous prononcer sur votre choix pour représenter le canton de Saint-Sever.  Homme de gauche et profondément solidaire, je serai la voix de tous au sein de l’assemblée départementale, je veillerai aux intérêts de ce canton, hélas trop souvent isolé, oublié.

Mais une élection locale doit aussi nous permettre de s’exprimer sur la politique que mène le gouvernement. La droite nous fait payer la note du  bouclier fiscal qui a servi à enrichir les plus nantis et à vider les caisses de l’Etat. Les systèmes de solidarité se dégradent (Sécurité Sociale, retraite, services de proximité…), les services publics disparaissent du monde rural. Dans le canton de Saint- Sever, c’est la trésorerie qui a fermé. La franchise médicale coûte trop cher à ceux qui ont le moins. Il en va de même pour l’alimentation, l’essence, le logement, les transports. Vivre dans un canton rural impose d’avoir en permanence la voiture à portée de main, et peu d’entreprise s’y s’installent.

Le Conseil Général n’est pas la commune, ou l’intercom. Il s’occupe de l’ensemble  des cantons du Calvados. En tant qu’élu, je défendrai l’équilibre des territoires. Je veux que tous, dans le Calvados connaissent le canton de Saint-Sever et reconnaissent son attractivité, que les jeunes s’y installent durablement et créent du lien avec les habitants de toujours. Ma jeunesse, ma volonté politique sont les atouts qui manquent actuellement au canton.

Je veux être à l’initiative de trois chantiers importants en faisant appel à l’intelligence de tous (habitants, élus, associations, entreprises, spécialistes ou non) pour que chacun puisse continuer à vivre  agréablement là où il habite. Les subventions et allocations du Conseil Général (financées par l’impôt de tous les calvadosiens) doivent servir ce projet au nom de la solidarité des territoires.

Voir l’ensemble de ma profession de foi en cliquant ici.

Publié dans Election Cantonale Saint-Sever | Pas de Commentaire »

Campagne Cantonale: Ma lettre aux maires et élus locaux

Posté par paulbesombes le 4 mars 2008

 Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs les Maires et Conseillers municipaux,

Les  9 et 16 Mars prochain auront lieu des élections cantonales et municipales. C’est un enjeu important pour le quotidien des habitants des communes dans le canton de Saint-Sever. Votre mission et celle du Conseiller Général ont une vocation : permettre, sous un régime de solidarité, d’offrir à vos administrés les moyens de bien vivre là où ils habitent.

Homme de Gauche et profondément solidaire je m’engage dans cette élection pour représenter le canton de Saint-Sever au sein de l’assemblée départementale et défendre le dynamisme de notre territoire.

Avec ma candidature, j’apporte les huit priorités pour un Calvados à Gauche. C’est un projet que nous avons élaboré avec tous les élus et candidats d’une gauche solidaire pour soutenir notre action.

Notre canton est isolé, parfois oublié. L’action en faveur de son développement par la majorité actuelle n’est pas suffisante, mal accompagnée. La solidarité des territoires doit nous permettre de promouvoir notre patrimoine et permettre à de nouveaux habitants de s’installer durablement. La tâche est d’autant plus difficile que seule notre fiscalité locale doit compenser le désengagement de l’état qui fait actuellement des choix clientélistes en ce qui concerne la gestion de l’impôt et la gestion de la solidarité (fermeture de la trésorerie, franchise médicale…)

Les cantons ruraux, comme le nôtre présentent des contraintes, notre action conjointe doit les atténuer. Il s’agit notamment de l’isolement. Développer le transport et favoriser l’accès aux lieux de vie est vraiment important. Il en va de même de toutes les activités de proximité qui permettent à ceux qui sont les moins mobiles de garder l’autonomie dont ils ont besoin. Je pense ici à beaucoup de nos retraités qui vivent avec de maigres revenus.

Il nous faut aussi nous préoccuper de la venue de nouveaux habitants qui apporteront des ressources supplémentaires aux communes et à l’Intercom, la préservation du cadre de vie en dépend. C’est ensemble que nous accompagnerons le développement social et économique local. A mon sens la proximité et l’économie solidaire sont les vecteurs principaux du développement.

Je vous propose de découvrir dans la plaquette jointe, mes priorités pour le canton. Mes rencontres m’ont aussi permis de comprendre l’intérêt d’ouvrir une Crèche Alzheimer dont le principe est le suivant : un lieu d’accueil temporaire des personnes dépendantes pour permettre à ceux qui en ont la charge de prendre le temps d’agir pour le quotidien. Je vous ai rencontré en partie et j’ai aussi écouté les séverins. La création d’unités de transformation à domicile de produits agricoles (produire local et consommer local),  la filière AOC Bœuf Normand, la replantation des haies en bordure de parcelle,  l’appui d’un centre culturel et social à l’échelle du Canton, l’initiation d’un festival culturel local sur le Moyen âge sont des axes de travail à développer au même titre que le soutien au loisir équestre de randonnée…

Il faut aussi savoir permettre à ceux qui vivent les aléas de la vie de conserver la dignité et de les accompagner le temps de trouver des solutions pour rebondir. Il en va de même pour les retraités qui sont confrontés violemment à l’augmentation du coût de la vie. C’est un travail de proximité qui demande une grande implication. Je veux soutenir les mairies et les associations qui concourent à cette lourde tâche.

L’ouverture de notre canton sur l’A 84 par la départementale 52 (Pont Farcy – Vire) sera déterminante pour donner un nouvel élan à notre territoire. Elle va dans le sens d’un SCOT qui nous intègre en sachant que réduction du temps pour accéder aux zones dynamiques prévaut sur le nombre de kilomètres.

Le Conseiller Général n’est pas le président de l’Intercom. L’Intercom a ses propres ressources gérées en son nom propre. Le Conseil Général perçoit le produit des impôts de tous les calvadosiens. Il faut convaincre dans le cadre d’une politique départementale de l’intérêt d’investir sur le canton de Saint-Sever. C’est là un travail qui demande du recul et la volonté d’inclure toutes les forces vives pour satisfaire les besoins de ce territoire.

Ma conviction et ma volonté politique sont des atouts qu’une élection en ma faveur apporterait pour faire avancer plus vite et servir mieux l’intérêt de toutes communes et de l’Intercom.

Veuillez agréer, Mesdames et Messieurs les maires et conseillers municipaux, mes sincères salutations.

 

Paul Besombes, candidat Socialiste, canton de Saint Sever

Publié dans Election Cantonale Saint-Sever | Pas de Commentaire »

Election Canton de Saint sever: Mon document de campagne

Posté par paulbesombes le 25 février 2008

Madame, Mademoiselle, MonsieurLe rendez-vous des 9 et 16 mars est important. Vous serez amenés à choisir celui qui représentera le canton de Saint Sever. Homme de gauche et profondément solidaire, je serai la voix de tous au sein de l’assemblée départementale, je veillerai aux intérêts de ce canton, hélas trop souvent isolé, oublié.

Mais une élection locale doit aussi nous permettre de s’exprimer sur la

politique que mène le gouvernement.

La Droite nous fait payer la note du bouclier fiscal qui a servi à enrichir les plus nantis et à vider les caisses de  l’Etat. Les systèmes de solidarité se dégradent (Sécurité Sociale, retraite, services de proximité…), les services publics disparaissent du monde rural. Ceux qui ont les plus faibles revenus subissent de plein fouet les augmentations du coût de la vie (alimentation, chauffage, gaz, essence, logement, transport,…). Tout cela prive de plus en plus de personnes d’un libre accès à l’éducation, à la culture, à la santé, à la

formation, au logement. Il est devenu très difficile d’améliorer la qualité de sa vie.

A Droite, on propose d’augmenter le minimum vieillesse pour les personnes âgées qui s’élève aujourd’hui à 628 euros de 5 % ce qui le porterait à 659 euros seulement, cela demeure en dessous du seuil de pauvreté.

A gauche, nous avons créé l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) en janvier 2002, aujourd’hui gérée par le Conseil Général.

Ces valeurs de solidarité, je les défendrai au conseil général, et je vous propose qu’ensemble nous redonnions des couleurs au canton de Saint-Sever.

 Election Canton de Saint sever: Mon document de campagne dans Election Cantonale Saint-Sever pdf Mon document de campagne avec mon projet complet

 

Publié dans Election Cantonale Saint-Sever | Pas de Commentaire »

Echange avec L’association pour la valorisation du patrimoine en Pays Séverin

Posté par paulbesombes le 15 février 2008

Le président de l’AVPPS m’a envoyé un courrier pour me demander mes intentions pour le patrimoine du canton de Saint Sever si je suis élu.

Voici ma réponse

Monsieur de Coupigny, Messieurs les membres de l’AVPPS

Je vous remercie de l’attention que vous portez à ma candidature en m’adressant ce courrier. Il est pour moi l’occasion de remercier l’ensemble des membres de l’AVPPS, pour toute l’énergie déployée à la promotion des richesses du canton de Saint-Sever.

C’est le moment de vous dire la motivation de ma candidature. Votre travail, promu par mon ami Yves Ledran, a participé à ma décision.

A chaque réunion publique, les personnes présentes me demandent pourquoi je suis candidat. Je leur réponds que j’ai choisi de le devenir. Le Calvados est fait de mer et de terre. Le côté mer représente un attrait alors que le côté terre avec son patrimoine est parfois oublié, souvent isolé.

Il m’est apparu comme une nécessité, un devoir de me faire le porte-parole du patrimoine, des femmes et des hommes du pays Séverin.

J’expose alors mes priorités pour le canton. La première est de promouvoir notre patrimoine vert et bâti pour rendre attractif notre canton auprès de tous les habitants du Calvados. C’est de mon point de vue un atout pour permettre à de nouveaux habitants de s’y installer durablement. Ceci n’est qu’un aspect de mon projet qui intègre aussi les évolutions du schéma de cohérence territoriale, le taxi social et le développement de l’activité sociale et solidaire qui peuvent aussi maintenir et créer de l’emploi sur le canton.

Ainsi je veux engager une démarche auprès de toutes les écoles du Calvados pour que les classes découvertes s’orientent vers notre canton et imprègnent les enfants de la richesse de notre patrimoine. Les enfants, pleins des activités que nous leur proposerons (randonnée équestre dans le bocage, pédestre sur le chemin des Pèlerins ou sur les sentiers de randonnée, la découverte de la motte castrale, des lacs, de la forêt de Saint-Sever, mais aussi des pilets de Champ du Boult,..) se feront auprès de leurs parents nos meilleurs porte paroles.

Notre abbaye vient d’être inscrite dans le guide des Abbayes normandes. C’est un gage supplémentaire de l’attrait de notre territoire.

Concrètement dès mon élection, j’organiserai l’inauguration de notre motte castrale et je demanderai que les tables soient orientées dans la bonne direction.

. En associant tous les partenaires, j’inciterai à agir pour attirer de nouveaux visiteurs, de nouveaux habitants. Car l’objectif est l’installation durable. J’accompagnerai les initiatives pour la valorisation, l’entretien et la promotion de notre patrimoine ainsi que la création d’activité économique pour l’accueil des visiteurs.

Je veux aussi inciter à l’entretien de nos haies pour soutenir le développement d’activité sociale et solidaire autour de l’exploitation du bois de chauffe. J’étais hier avec un agriculteur à la retraite qui m’a soumis un projet intéressant, il a retenu toute mon attention. Replanter les haies, qui ont disparu après le remembrement à la limite des parcelles redécoupées. Cela est créateur de ressource et d’emploi.

Voilà, Messieurs, mes intentions. Je dois, en outre, organiser la rencontre de tous les acteurs (associations, élus, entreprises,…) pour créer ensemble le dynamisme qui donnera des couleurs à notre canton, pour valoriser notre patrimoine.  

Veuillez agréer, Monsieur de Coupigny, et Messieurs les membres de l’AVVPS, mes sincères salutations.

Paul Besombes

Publié dans Election Cantonale Saint-Sever | Pas de Commentaire »

Conférence de presse de présentation pour ma Candidature à l’éléction du conseiller général pour le canton de Saint SEVER: Ensemble, redonnons des couleurs au Canton de Saint-Sever

Posté par paulbesombes le 31 janvier 2008

Election Cantonale Saint-Sever : Paul BESOMBES

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Le Contexte des Elections.

Les élections cantonales se dérouleront les 9 et 16 mars prochain. C’est un moment important pour notre vie en commun. En effet, le conseil général intervient directement pour améliorer le quotidien des habitants du calvados par l’accompagnement de la petite enfance, l’aide aux personnes âgées, la gestion des collèges, la culture, les transports, la gestion du RMI, les aides au développement local  pour ne citer que cela.

Ces élections se déroulent dans un contexte particulier. Au niveau national, le gouvernement se désengage de plus en plus. La baisse du pouvoir d’achat, l’épargne des français qui se vide, l’augmentation des charges pour accéder au logement, à la santé mais aussi à l’éducation sont là pour installer un système qui ne prend pas en compte les besoins des hommes et des femmes. Ils font la richesse de nos territoires. Le climat d’insécurité sociale permanent se généralise au plus grand nombre. L’avenir est incertain y compris pour ceux qui ont vécu et travaillé tout au long de leur vie. Je pense notamment à ceux qui sont à la retraite et plus particulièrement à ceux qui entrent dans les maisons de retraite en utilisant leur propre épargne. Cela m’interpelle particulièrement.

Le canton de Saint-Sever est situé à la frontière du Calvados et de la Manche. Ses habitants possèdent un riche patrimoine et vivent dans un environnement agréable. Pourtant, ils subissent, dans leur quotidien, les effets d’une politique gouvernementale qui les isole.

La franchise médicale les prive d’un accès équitable à la santé. Les retraites n’augmentent pas comme promis. La vie est de plus en plus chère. Les emplois se concentrent dans les grandes villes. Chacun doit se déplacer sans cesse pour aller travailler, pour se former, pour conduire ses enfants (à la garderie, chez le médecin…), pour accéder à la culture (voir un film au cinéma, acheter un livre …), pour aller à la perception qui vient d’être déplacée  à Vire sans aucune protestation de nos élus.

 Il faut que nous puissions tous vivre correctement là où nous habitons.

Le prix du gaz, le prix du fuel condamnent à dépenser plus pour gagner moins.  Les agriculteurs du canton de Saint-Sever le savent bien. Tous ceux qui doivent se chauffer dans leur maison le savent aussi.

Qui suis-je? Et pourquoi suis-je Candidat sur le Canton de Saint-Sever?

Je suis totalement attaché au calvados. J’y suis revenu pour m’y installer définitivement. Ce territoire est fait de terre et de mer. Le côté mer représente un attrait presque naturel, le côté terre est parfois méconnu. Je trouve cela profondément injuste. Le Bocage Virois  mérite l’attention de tous.

Il m’est apparu comme une évidence, au nom de la solidarité des territoires de présenter ma candidature pour l’élection du conseiller général du Canton de Saint-Sever

J’ai été investi par le parti socialiste et je suis soutenu par le Parti Radical pour représenter la Gauche sur le canton de Saint-Sever. J’ai sollicité Madeleine Stevens, elle a accepté de devenir ma suppléante.

J’ai 42 ans, avec Laure, mon épouse, nous sommes les parents d’Elia qui vient de prendre 10 ans. Sociologue de formation, j’ai parcouru toute la France en temps que directeur de magasin. Je travaille actuellement au Conseil Régional de basse Normandie, au service des habitants de notre Région. Je suis très impliqué dans le monde associatif.  Je représente les parents d’élèves au niveau départemental.

Ma candidature présente un avantage incontestable : Celle du recul pour prendre les décisions qui concerne l’amélioration du quotidien de ceux qui vivent dans notre canton.  Je travaille à Caen. Je côtoie régulièrement et  connais les acteurs qui me permettront de faire avancer avec plus d’efficacité les dossiers qui me seront remis par les habitants et les communes.

Je serai un élu proche des habitants du canton, à l’écoute des besoins des communes et je m’engage à rendre compte de mon activité régulièrement. En plus de mes permanences hebdomadaires, je viendrai dans les 18 communes. Je tiens à cette proximité. J’entendrai les demandes et propositions de chacun et je m’en ferai le porte-parole au Conseil Général du Calvados.

Pour l’action avec les communes, je veux rencontrer régulièrement les maires et les conseillers municipaux qui sont les premiers acteurs des solidarités locales. J’organiserai une rencontre annuelle dans chaque commune pour rendre compte de mon mandat. A l’échelle du canton, je convoquerai des points de rencontre pour informer tous les élus sur l’évolution des dispositifs mis à leur disposition par le conseil général pour améliorer le quotidien de leurs administrés

 

Mes projets, mes actions.

Ce que le Gouvernement défait à l’échelon national, nous le reconstruirons avec les forces vives du canton:

 

En tant que candidat, je suis partie prenante de notre campagne départementale qui s’inscrit sous le titre « Le Calvados à rendez-vous avec la Gauche ». Je m’appuie sur un projet départemental « pour un Calvados Solidaire » dont voici les 8 priorités : 

  • q l’emploi et le développement durable,
  • q le logement et les transports,
  • q les nouvelles solidarités actives,
  • q la réussite éducative pour tous,
  • q des services publics présents et efficaces,
  • q l’épanouissement culturel et sportif de chacun,
  • q la sécurité et les secours partout et pour tous

q              une démocratie participative et l’équité fiscale.

 

Je suis le candidat du canton et ma mission en tant que conseiller général sera une mission de proximité. C’est donc avec un projet et une ambition pour le canton que je me présente devant mes électeurs. Je lui donne l’objectif suivant : « Ensemble, donnons des couleurs au Canton de Saint-Sever » :

 

 

 

Pour cela, il faut attirer de nouveaux habitants en préservant la richesse de notre patrimoine et permettre à chacun de se déplacer facilement vers tous les lieux de vie.

Je veux mettre mon énergie, comme élu au conseil Général, au service des hommes et des femmes du canton de Saint-Sever pour sortir de l’isolement. Pour cela j’ouvrirai trois chantiers :

 

Faire la promotion de notre canton en favorisant une activité économique et sociale autour de notre patrimoine Vert.

  • oAvec nos communes de moins de 2000 habitants, nos lacs, notre réserve ornithologique, la Vire, nos carrières, notre forêt, nos sentiers de randonnée, notre architecture nous ferons de notre Canton une Station Verte. Tous les enfants scolarisés du Calvados pourront y faire Séjour et s’en faire les porte-parole.
  • o Notre paysage agricole est riche, nous impulserons le développement de fermes pédagogiques

Soutenir la création et le développement d’activités sociales et solidaires

  • oAssocier les bénéficiaires des aides du département à la création et au développement d’associations ou d’entreprises pour la récupération du bois pour le chauffage des collectivités locales (crèches, écoles, mairies…)
  • oAccompagner et soutenir les associations locales ainsi que les entreprises quand elles favorisent l’accompagnement des personnes âgées et des enfants dans le sens d’un service de proximité.
  • oApporter la culture à la porte de chaque commune en développant les réseaux bibliobus et la promotion du livre sonore(pour les malvoyants).

Faire du taxi social et du développement des transports un enjeu pour le canton.

  • OPermettre à tous, jeunes, parents et retraités d’accéder à des moyens de transports de proximité pour se rendre vers tous les lieux de vie du canton du calvados et de la région basse Normandie.
  • o Développer le réseau de bus vert et la fréquence de leur passage pour que tous les habitants des communes puissent se déplacer sans contraintes
  • oImpulser une politique tarifaire pour les transports plus juste.

Mon action au niveau local, c’est aussi :

Soutenir les agriculteurs de notre canton (formation, reprise et aide à l’installation, protection sociale des retraités…) pour que nos fermes, les hommes et les femmes qui y consacrent leur vie, continuent à vivre du produit de leur travail.

Veiller à l’attribution des aides pour le remplacement des systèmes d’assainissement des habitations. 

Défendre l’enfouissement de la ligne haute tension à Saint Aubin des bois.

Réagir quand on ferme un service de proximité comme la trésorerie de Saint-Sever le 1 janvier 2008

Ensemble, redonnons des couleurs au Canton de Saint-Sever

J’invite tous les habitants de canton à me rencontrer au marché du samedi matin à Saint-Sever et pendant les réunions que je vais organiser dans leur commune. Je pourrais recevoir mes futurs électeurs les vendredis de 18h à 20h à mon Bureau situé au 9, rue de la Gare à Saint-Sever, à partir de la Semaine prochaine.  

Publié dans Election Cantonale Saint-Sever | Pas de Commentaire »

1234567
 

mauritanie20 |
Vers la 6eme république ! |
Poletudiant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | l'avenir vue par un militan...
| LCR Section Calaisienne
| THE DODIBLOG